Pourquoi vacciner votre chat

Avertissement: Les textes développés ci-dessous, et d'une manière générale dans toutes les pages de ce site, sont uniquement destinés à votre information, et ne sauraient constituer ou remplacer une consultation médicale individuelle.

 

Comme cela a été dit concernant les vaccinations du chien, une consultation vaccinale est plus qu'une simple injection de produit sous la peau: c'est l'occasion de faire un vrai bilan de santé.

D'abord sur le chaton la première année, un stade crucial de son développement, une période où l'alimentation, les vermifugations, les antiparasitaires externes doivent être considèrés avec grand soin, et de préférence avec l'aide d'un vrai spécialiste de ces questions.

Puis une fois par an, pour entretenir la protection et vérifier qu'aucun problème de santé ne se développe sans que vous vous en soyez rendu compte: "gale d'oreilles", infestation de puces, problème cardiaque, insuffisance rénale chez le chat âgé, apparition de tumeurs etc.

Les principales maladies qui touchent les chats et contre lesquelles on peut les vacciner sont:

Le typhus

 La maladie touche généralement les chatons, ou les adultes provenant d'une chatterie. L'incubation est de 2 à 4 jours. Ensuite, on peut noter l'apparition de fièvre. Le chat est prostré et perd l'appétit. Des diarrhées et des vomissements déshydratent fortement l'animal. La maladie évolue souvent vers la mort, même si un traitement est mis en place rapidement.
Le diagnostic de certitude se fait par prise de sang (un des symptômes majeurs se traduit par une baisse importante des globules blancs dans le sang) puis recherche du virus dans les selles de l'animal.

Lorsque la chatte est infectée par le virus pendant la gestation, les chatons souffrent de lésions nerveuses invisibles à la naissance, mais qui apparaitront lorsqu'ils commencent à marcher. Les chatons n'ont alors aucun équilibre, et sont incapables de se déplacer. Il s'agit de l'ataxie cérébelleuse du chaton, maladie hélas incurable.


Traitement et prévention du typhus du chat

Le traitement est malheureusement aléatoire et dépend fortement de l'état général de l'animal. Il consiste en une réhydratation (perfusions), et à la prise de médicaments anti-vomitifs et anti-diarrhéiques mais aussi d'antibiotiques. Une alimentation par sonde est souvent nécessaire, d'où hospitalisation fréquente des animaux atteints.Malgré tout cela, on observe malheureusement une forte mortalité sur les animaux atteints.
Le meilleur moyen d'éviter la maladie est la vaccination. Elle se pratique en deux injections à un mois d'intervalle, possibles dès l'âge de deux mois, avec rappel une fois par an.

Le coryza

Le coryza du chat est une maladie complexe, car elle n'est pas due à un seul microbe, mais à l'association de plusieurs virus et de bactéries.

Trois virus sont impliqués dans le coryza et provoquent chacun des symptômes différents :

  1. Un virus de la famille des « Herpes virus » responsable d'une infection du nez et des voies respiratoires. Les symptômes sont : toux, éternuements, importants écoulements au niveau des yeux et du nez, conjonctivite et faiblesse de l'état général (perte d'appétit et fièvre). C'est le virus le plus dangereux. Il peut être mortel chez des animaux affaiblis si l'on ne met pas en place un traitement rapide.
  2. Un Calicivirus provoquant lui aussi de la fièvre et de l'abattement, des écoulements oculo-nasaux et surtout des ulcères (aphtes) dans la bouche (plaques rouges très nettes sur la langue ou les gencives). Ces plaies dans la bouche sont douloureuses et provoquent salivation importante et perte d'appétit.
  3. Un Réovirus bénin qui provoque quelques larmoiements.

A ces atteintes virales il faut ajouter les bactéries qui très souvent se surajoutent et provoquent des complications chez les chats déjà affaiblis. Le chat présente alors du pus dans les yeux et le nez. 

Les principaux symptômes

Cette maladie touche en priorité les animaux vivant en communauté (chatterie, refuge, « famille nombreuse », chats semi-sauvages), les chatons et les adultes non vaccinés.
Après une incubation courte (2 à 5 jours),apparaissent des signes respiratoires : toux, éternuements, écoulements du nez. Des signes oculaires : conjonctivite parfois purulente voire ulcères ou perforations cornéennes. Une perte d'appétit et parfois des ulcérations dans la bouche, de manière plus ou moins importante selon les animaux.

Si plusieurs chats présentent les mêmes symptômes au même moment, il est fort probable qu'il s'agit du coryza qui est une maladie très contagieuse. La contagion s'effectue, (comme pour la grippe chez l'homme), sans contact direct, par les éternuements ou quand les chats se soufflent dessus. Vous pouvez également ramener des particules virales à la maison, sur vos chaussures, vêtements etc, ce qui signifie que comme pour le typhus, un chat qui ne sort pas ou peu est susceptible d'être malgré tout contaminé! 

La maladie non traitée peut évoluer vers une guérison naturelle chez certains animaux résistants. Mais attention elle peut quelquefois se compliquer d'une infection généralisée, et finir par la mort de l'animal si celui-ci est déjà affaibli et refuse de s'alimenter.

Un chat guéri du coryza peut rester porteur de longues années, et être à nouveau contagieux à la suite d'évènements tels qu'un stress, une mise-bas ou une autre maladie.

Le traitement et la prévention

Le traitement du coryza passe en général par l'administration d'antibiotiques (en comprimés, en gouttes ou en injections si nécessaire), pour éviter les complications bactériennes. Une aérosolthérapie peut également donner de bons résultats, si le chat se montre coopératif, car il s'agit de lui faire des sortes d'inhalations plusieurs fois par jour pendant 15 minutes !

Des collyres sont souvent prescrits, à instiller plusieurs fois par jour, afin d'éviter les complications oculaires. 
Pour les cas graves, une hospitalisation est parfois indispensable, afin de réhydrater le chat et de lui administrer une alimentation liquide par sonde.

La meilleure manière de combattre le coryza félin est la vaccination. Le vaccin contre le coryza est actif à la fois contre les Calicivirus, et contre la rhinotrachéite, et l'on y associe de plus en plus souvent un vaccin contre les Chlamydias, bactéries à l'origine de complications. La vaccination se fait en deux injections à un mois d'intervalle, avec un rappel tous les ans.

 La leucose féline

La leucose féline est due à un virus appelé virus leucémogène félin ou FeLV. Son action est proche de celle du virus du SIDA chez l'homme mais pas de panique ! Ce virus ne se transmet pas à l'homme ni aux autres espèces animales. Il faut néanmoins bien protéger votre chat.

Quels sont les symptômes de la leucose?

Cette maladie touche souvent les chats adultes, âgés de plus de trois ans voire plus de cinq ans.

Après la contamination du chat, il existe une période silencieuse pendant laquelle les virus se multiplient dans l'organisme. Cette phase peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années avant que la maladie ne se développe.
Pendant cette phase, l'animal est dit séropositif pour le FeLV, mais ne présente aucun symptôme de la maladie. En revanche, étant porteur du virus, il est contagieux.

On estime généralement qu'en France 5 à 10% des chats sont séropositifs pour le virus de la leucose (FeLV).

Quand la maladie se développe, comme lorsqu'un homme souffre du SIDA, on observe une immunodéficience rendant l'animal très sensible à toutes les infections, on parle alors de maladies opportunistes.
Le chat souffre aussi souvent d'une anémie, due au virus et aux infections opportunistes.

Une infection opportuniste est une maladie qui se développe lorsqu'un animal est affaibli et que son système immunitaire le défend moins bien. Chez un chat sain, ces mêmes infections opportunistes n'entraînent la plupart du temps aucune maladie (ou une forme très bénigne).

Le FeLV peut également être responsable de cancers, particulièrement de lymphosarcomes (cancer des ganglions), de leucémies (cancers de la moelle osseuse et du sang) et de cancers du rein.

Comment se transmet la leucose ?

Elle se transmet de chat à chat par un simple contact. Contrairement au SIDA qui ne se transmet que par voie sexuelle et sanguine, le virus de la leucose se transmet par toutes les voies : sang, larmes, salive, urines…
Il existe aussi une transmission in utero (de la mère aux chatons).
Le virus est peu résistant dans le milieu extérieur, (contrairement aux virus du typhus et du coryza). Ainsi, les risques de contamination sont quasiment nuls pour un chat sain vivant essentiellement à ll'intérieur ou passant après un chat contaminé (chez le vétérinaire par exemple). Une contamination directe est nécessaire.

Chez le vétérinaire, l'utilisation de seringues, aiguilles et matériel stérilisés ou à usage unique garantit l'absence de transmission.

Les maladies opportunistes

Le chat FeLV séropositif et immunodéprimé (c'est-à-dire ayant déclaré la maladie) peut être atteint par le typhus et le coryza si ses vaccins ne sont pas à jour. Il est important de continuer à vacciner un chat séropositif.
Il pourra également être atteint par des infections variées, le plus souvent respiratoires, mais pouvant aussi concerner la peau, les yeux, les oreilles, l'appareil urinaire, le sang (parasites et bactéries des cellules sanguines).

 Comment traiter la leucose ?

Il n'existe pas de traitement anti-viral comme chez l'homme. Les interférons sont un espoir dans le traitement de la leucose mais ils sont malheureusement très coûteux et peu actifs à l'heure actuelle. Le seul traitement envisageable concerne les maladies opportunistes afin d'assurer un confort de vie à son animal. Malheureusement, la maladie finit en général par emporter l'animal par infection généralisée, ou développement de cancers. 

Comment prévenir la leucose ?

Il existe un vaccin contre la leucose. Il est efficace à 80-90%. Nous vous conseillons donc vivement la vaccination compte tenu des forts risques de contagion et de l'absence de traitement.

Avant la vaccination, vous pouvez demander un test de dépistage de la leucose pour vérifier que votre chat n'est pas déjà séropositif. N'hésitez pas à en parler à votre vétérinaire.

La rage

C'est une des maladies les plus connues car elle fait peur !  En effet, elle est transmissible à l'homme et est toujours mortelle. Le renard et le chien sont très souvent incriminés lors de cas de rage. Et le chat dans tout ça ?

On oublie souvent que le chat peut être atteint par la rage et la transmettre. Et pourtant la rage est une maladie causée par un virus présent partout dans le monde (sauf sur le continent océanique). En France, elle reste rare mais le risque existe toujours.

Le mode de transmission

Le virus est fortement concentré dans la salive des animaux porteurs. La transmission de la maladie se fait principalement par morsure d'un animal porteur du virus, et cela même avant qu'il n'ait des symptômes de la maladie. C'est la raison pour laquelle toute morsure doit être prise au sérieux, même si l'animal est apparemment sain.

 Les symptômes de la rage

Lorsqu'un animal est mordu par un autre animal porteur de la rage, le virus pénètre dans la peau de l'animal mordu. Puis le virus va contaminer le cerveau (il va y aller en cheminant par les nerfs) puis les glandes salivaires et tous les autres tissus de l'animal.
L'incubation du virus, c'est-à-dire le temps qui s'écoule entre la morsure et les premiers symptômes est assez courte chez le chat : 15 à 30 jours.
Une fois déclarée, la maladie est toujours mortelle, et l'animal contaminé peut transmettre la maladie très largement à son entourage.

Actuellement, il n'existe plus de rage à l'état endémique en France, mais on n'est jamais totalement à l'abri de l'importation d'un animal contaminé.

La vaccination reste la seule protection contre la rage. Elle n'est actuellement pas obligatoire sur le territoire français métropolitain, mais elle l'est pour les animaux devant se rendre à l'étranger, en Corse, dans les DOM-TOM. Des réglementations particulières concernant la rage existent dans un certain nombre de pays ( prise de sang pour sérologie). Renseignez-vous auprès du consulat.     

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

17.04 | 14:59

Bonjour, j'ai un vieux carlin de 14 ans.On vient de lui diagnostiquer insuffisance cardiaque avec oedeme.Après combien de temps les médicaments font effet?

...
24.03 | 16:57

Ma chienne est morte car j ai était incapable de me rendre compte qu elle faisait une insuffisance si j avais était digne je l aurais emmené immédiatement.

...
19.01 | 13:20

mon York 13 ans a une insuffisance mitrale depuis 4 ans est soigné avec deux médicaments et surveillance echo tous les ans c'est bon son etat est stationnaire e

...
04.01 | 18:54

Ce site dispense des informations, il est impossible d'effectuer une consultation et de poser un diagnostic par internet. Il faut consulter votre vétérinaire.

...
Vous aimez cette page